Suisse

L’armée prive ses recrues de sorties

Par peur de voir ses recrues infectées par le coronavirus, l’armée a pris une décision pour le moins drastique : supprimer les congés du week-end jusqu’à fin octobre. Pour le département, les soldats seraient mieux protégés à l’interne qu’à l’extérieur. La colère est de mise dans toutes les casernes.

Publicité

 

Les congés du week-end sont abolis jusqu’à fin octobre.

Les recrues ont de quoi voir un maussade mois d’octobre : ils ne pourront plus sortir le week-end des casernes de l’armée. En effet, en réponse aux importantes augmentations de cas COVID-19, l’armée à décidé de supprimer les congés du week-end, annonce le Blick via son site Internet.

L’armée justifie cette décision sur le fait qu’elle souhaite à tout prix protéger ses recrues, mais estime également que ces derniers sont plus en sécurité à l’armée qu’à l’extérieur.

«Nous voulons ainsi protéger les recrues contre les infections. Ils sont mieux protégés dans l’armée qu’à l’extérieur »

Pour les recrues, toujours d’après le Blick, c’est l’incompréhension totale. Ce dernier fait part de témoignages de certains soldats qui indiquent qu’en interne, les mesures de l’OFSP sont que rarement respectées : les cadres ne portent pas souvent le masque, les militaires dorment à 30 centimètres les uns des autres et il n’y aurait aucun désinfectant à disposition.

Dans les faits, il y a effectivement eut 24 contaminations au nouveau coronavirus qui seraient survenues durant les congés de soldats. Mais cela justifie-t-il de priver de “liberté” des soldats qui n’ont déjà pas d’autres choix que d’accomplir un service obligatoire ? Si ces temps sont difficiles pour tous, priver à ces personnes de regagner leur famille ou leur maison les protège vraiment ? Certainement pas, et en tout cas pas sur le plan moral.

Cliquer ici pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Dernièrement

To Top